Accueil » La conception du chez-soi

La conception du chez-soi

Félix Guattari est un philosophe et psychanalyste français de la deuxième moitié du XXe siècle. Il a entre autre pensé l’écosophie, une conception de notre maison (du grec oikos οἶκος) plus profonde, plus intuitive, plus sage (du grec sophia Σοφíα) en articulant de manière éthico-politique “les trois registres écologiques, celui de l’environnement, celui des rapports sociaux et celui de la subjectivité humaine”. 

Aussi si l’on se réfère à ces trois écologies, habiter et vivre de manière écologique, revient à reconsidérer nos modes de vie sur trois niveaux

Le premier, qui paraît le plus évident lorsque l’on parle d’écologie, c’est le niveau environnemental. Habiter de manière écologique c’est se fondre de manière durable, harmonieuse dans notre environnement, sur notre territoire, sans le détruire, sans l’épuiser, et en reconsidérant notre place parmi les non-humains. 

Le deuxième est le niveau social. Habiter de manière écologique, c’est vivre ensemble et créer un espace de vie commun, propice aux échanges et à la paix. 

Enfin le troisième est le niveau personnel. Habiter un lieu ce n’est pas seulement l’occuper, c’est aussi le faire sien en l’enrobant d’une atmosphère qui nous est propre. C’est y imprégner nos activités, notre quotidien, notre intimité. C’est un lieu où l’on se sent en sécurité, où l’on se sent bien, où l’on se sent chez-soi

En effet, si on revient à l’étymologie de chez-soi, la préposition chez, casa en latin, signifie la maison. Le chez-soi est donc la maison dans laquelle on habite, c’est-à-dire celle qui porte des habitudes de vie, des habitudes bien à soi. Habiter de manière écologique c’est alors créer des habitudes de vivre ensemble qui raisonnent avec les deux premiers niveaux environnemental et social. Mais habiter de manière écologique c’est également  créer un lieu qui corresponde et reflète nos valeurs, une projection de qui l’on est vraiment à l’intérieur

À travers cinq témoignages, les articles suivants présentent des modes de vie alternatifs qui correspondent à une manière d’habiter écologique, au niveau environnemental et au niveau social. Les interrogé.e.s ont été invité-e-s à explorer le niveau personnel en pensant leur conception du chez-soi. Les cinq profils choisis se répondent, leur “maison” arborant des formes mais aussi des temporalités bien différentes : 

  1. Vivre dans une cueva. 
  2. Vivre dans une yourte. 
  3. Vivre dans un squat. 
  4. Vivre dans une coloc’ interculturelle et solidaire. 
  5. Vivre sur la route.

Articles en collaboration avec Emerson Mendoza Ayala. Pour les hispanophones n’hésitez pas à jeter un oeil à son travail porté plus sous l’angle des modes de vie alternatifs: https://www.ugpress.es/estilos-de-vida-alternativos/